Ses grandes dates

2010 : Mark Kerr et Frédéric Soulard fondent Maestro.

2014 : Le batteur Antoine Boistelle rejoint le duo.

2015 : Ils sortent leur premier album « Mountains of Madness ».

2018 : Ils sortent leur 2ème album « Monkey Business » et produisent celui de Jeanne Added, « Radiate ».

Actualité

En juillet dernier, ils ont sorti le vinyle « Maestro in the chamber » qui propose sept de leurs morceaux, revisités avec un quatuor à cordes baptisé The Chamber. (philharmoniedeparis.fr)

Les titres « Darling Celsa », « Emperor » et « Timbuck » sont tirés de leur LP « Mountains of Madness » sorti en 2015

Les titres « Cleansing », « Sweet Talk », « K.I.M » sont issus de leur LP « Monkey Business » sorti en 2018.

« Always now » est un inédit.

En septembre dernier, ils ont donné un concert avec The Chamber, dans le cadre du Week-end Rita Mitsouko à la Philharmonie de Paris. (philharmoniedeparis.fr)

Concert le 21/06 au Grand Bain à Paris

Mark : « ‘’Monkey business’’ c’est une expression typiquement anglaise mais c’est également un film des Marx Brothers. C’est moi qui ai écrit les paroles de nos chansons et « Monkey Business » reflète les relations entre les gens ; que ce soit un couple ou des potes, cela peut représenter des vérités ou de mensonges mais cette notion incertaine dans ces relations n’est pas dark car il y a de l’humour là-dedans. Ce titre représente assez le contenu de l’album car on retrouve cette idée de monkey business dans les paroles. » (laparisiennelife.com)

Fred : « Mark trouve les titres, en général, et je suis toujours très enthousiaste. Il avait plein d’idées d’autres super titres mais celui-ci représentait bien ce que l’on raconte dans nos chansons. Nous ne voulions pas laisser de place au hasard et nous voulions amener l’auditeur dans une direction. » (laparisiennelife.com)

Mark : « Ce disque parle des relations pas toujours faciles entre les gens et de rupture mais on peut voir cela de différentes façons. » (laparisiennelife.com)
Fred : « Pour moi, cet album parle de la relation à l’autre vue par quelqu’un qui parle souvent à la première personne et cela peut exprimer des choses très angoissantes, très colériques ou très tendres. On parle d’amour et de mort. Ce sont des grands classiques. Les chansons sont à la première personne et elles s’adressent à une autre personne ; c’est pour cela que je parle de relation à un autre ». (laparisiennelife.com)



BIOGRAPHIE

Line up
Mark Kerr (chant)
Frédéric Soulard (claviers)
Antoine Boistelle (percussions)

Mark Kerr – chanteur et batteur écossais, frère de Jim Kerr le chanteur de Simple Minds, est un musicien clé de la scène électro parisienne (Joakim, Chloé, Bottox). Il également beaucoup collaboré avec les Rita Mitsouko notamment sur l’album « La femme trombone » (2002), accompagné Catherine Ringer sur la tournée « Catherine Ringer chante les Rita and more » (2008) et sur son album « Ring’n’Roll » de Catherine Ringer (2011)

En 2010, il rencontre Frédéric Soulard, ingé son (notamment de Poni Hoax), lors d'une tournée de Joakim qu’il accompagne à la batterie. Rapidement, les deux hommes décident de former Maestro. Ils composent la musique ensemble et Mark Kerr se charge par ailleurs du chant. Conjuguant hédonisme électro, énergie rock et sensibilité pop, leur univers – proche de LCD Soundsystem – se découvre avec le EP « A War Zone » qui paraît en juillet 2010 et qui contient deux morceaux originaux (« A War Zone et Devils »), auxquels s’ajoutent deux remixes. (philharmoniedeparis.fr)

2011

Parallèlement à Maestro, Frédéric Soulard joue du synthé dans le groupe Limousine avec lequel il sort les albums « II » en 2011, « Siam Roads » en 2014 et « L’été suivant » (2019). (lesinrocks.com)

2014

Antoine Boistelle, batteur pour Vitalic et Owlle, rejoint Maestro. (parisetudiant.com)

2015

Ils sortent leur premier album « Mountains of Madness » dans lequel se télescopent de multiples influences (électro, post-punk, pop, dark-wave…). (parisetudiant.com)

Fred Soulard produit l’album « Your dreams are mine » d’Alice Lewis. (oceanvivasilver.com)

2018

Maestro sort l’album « Monkey business » qui contient onze morceaux d’électro-pop-rock, tantôt percutants tantôt planants. Émergent en particulier les titres « Dirty Bitch » et « Skyman », le plus long (huit minutes) et le plus singulier morceau de l’album. (philharmoniedeparis.fr)

L’album a été entièrement composé par Maestro, et enregistré au Studio Mechant à Paris et au Crowdspacer Studio à New York et mixé par Joakim et Maestro.

Qu’avez-vous voulu présenter musicalement dans ce disque ?
Fred : « Nous avons voulu présenter tout ce que nous avions envie d’entendre et tout ce qu’il y a dans notre culture. Nous voulions avancer dans un cheminement qui est lié à un certain groove que nous avions déjà dans le premier album et des choses un peu plus expérimentales. Il n’y avait pas de souhait d’appartenance particulière si ce n’est de faire ce que nous avions envie. Maestro est notre projet et nous avons la liberté de faire ce que l’on veut. Il y a plein d’influences dans cet album mais entre nous, nous ne parlons pas en termes d’influences, on se demande juste si c’est un morceau pour Maestro ou pas ». (laparisiennelife.com)

Ils produisent l’album « Radiate » de Jeanne Added. « Ça fait longtemps qu’on refuse des projets et c’est pas toujours évident de trouver quelque chose qui nous inspire vraiment. Avec Jeanne nous avons énormément de points de convergences et en même temps on ne fait pas la même musique qu’elle. C’est aussi ça qui nous intéresse : nous mettre au service de sa musique et faire en sorte que ça marche. » (lesinrocks.com)

Vous qui travaillez en tant que musiciens professionnels, Maestro est pour vous plus une aire de jeu, un terrain de liberté ou c’est plus sérieux ?
Fred : « La liberté c’est la base du projet. On a l’a toujours pris au sérieux. On a jamais argumenté sur le fait qu’on est des musiciens professionnels à côté parce que quelque part ça n’a rien à avoir avec l’idée de faire son propre projet. On a l’expérience et les influences. Dans mon cas, je suis surtout réal et ingé son et c’était justement l’occasion de faire de la musique. Pour Mark c’était de chanter. C’est ça la base du projet. » (lebombardier.fr, 2018)

C’est compliqué de concilier toutes vos activités annexes, tout en faisant tourner Maestro ?
Fred : « Ça dépend toujours de ce que tu as à côté. Mark fait pas mal de drums sur d’autres projets, des feat. de voix et moi je produis d’autres artistes. » (lesinrocks.com, 2018)


MUSIQUE

Influences et goûts musicaux

Fred : « Mark connaît beaucoup plus de musiques que moi ; en revanche, j’ai une culture plus vaste dans le classique et le jazz. Nous nous retrouvons tous les deux par exemple sur Kraftwerk mais ce qui est marrant, c’est quand nous ne sommes pas d’accord et que nous mélangeons des choses qui ne devraient pas se mélanger car c’est plus créatif. Je dois admettre qu’en vieillissant, j’écoute beaucoup plus de choses qu’avant. »
Mark : « J’écoute plein de choses, je pense notamment à Public Image Ltd, Tyler, The Creator, de la musique industrielle… » (laparisiennelife.com)



DISCOGRAPHIE

2015 : Mountains of Madness
2018 : Monkey Business
2019 : Maestro in the chamber