Ses grandes dates

2014 : Participe à un radio crochet organisé par Didier Varrod sur France Inter.

2018 : Premières parties de Vianney.

2019 : Duo « Back to one » avec Cocoon sur son album « Wood Fire ».

Mai 2020 : 1er EP « Comment ».

Actualité

Son premier album « Orages » est sorti le 18 septembre.

Le disque a été réalisé par Dan Levy (du groupe The Do). « On s’est rencontré grâce à mon éditeur. Notre premier rendez-vous a eu lieu dans un café, on a tout de suite accroché en parlant de musique, notre moteur à tous les deux. Après on a mis en place un processus de travail : je travaillais sur les chansons tous les jours et lui envoyais des refrains, des chansons presque terminées, des bouts de textes et lui me faisait des retours chaque semaine. Puis tous les trois mois, nous nous retrouvions pour écouter tous les morceaux et choisir ensemble ceux que nous transformerions en maquette. Entre 2017 et 2019, on a fonctionné comme ceci, pour arriver à une dizaine de maquettes qu'on a pu proposer à différentes maisons de disques dont Tôt ou Tard qui a été séduit. » (bazart.com)

« Dan a été une sorte de coach. Il a rapidement souligné le potentiel de mes textes et mes mélodies mais n'a pas hésité à m'indiquer quand il y avait trop de pudeur, quand c’était trop lisse. Par exemple, pour le morceau "Rouge", c'est Dan qui m’a dit que je ne me mettais jamais en colère et qu'il fallait que je laisse sortir car il sentait bien que j'avais au fond de moi pas mal de tempêtes intérieures plus ou moins bien cachée (rires). Tout ce qui me bouleverse, me hérisse, me semble absurde, il fallait que je me décide à l'écrire puis à le chanter. » (bazart.com)

« Dans cet album ainsi qu'à travers tout ce qu'on a pu réaliser avec Dan, il ne fallait pas que je cherche à tout prix à faire beau, mais vraiment à exprimer par les textes et les mélodies quelque chose qui me ressemble vraiment. Tout ce travail-là, assez cathartique a vraiment libéré quelque chose en moi, rien que pour cela, je lui en suis infiniment gré... » (bazart.com)

L’influence de Paul Simon domine la chanson « On avance » : « son écriture, son sens de la mélodie me bouleversent ; c’est un vrai poète ». Mais aussi Tracy Chapman, Regina Spektor, Virginia Woolf, Jack London, Victor Hugo, Lewis Trondheim, Sempé, en passant par Joni Mitchell.

« Comment » a été écrite d’après un rêve de Henri Michaux. « Depuis toute petite, j'ai un compagnon de vie très fidèle qui s'appelle le livre... J'étais une enfant très solitaire et la littérature a été un refuge. Elle m’a permis de grandir. Je n'ai longtemps lu que de la fiction, plus récemment je me suis plongée dans la poésie, les essais, un peu de philo aussi. "Comment’’, a été écrite d’après un rêve de Henri Michaux; celui où il escalade une façade de verre comme une marionnette dont les fils sont tirés par sa mère. Je trouve que c'est une parfaite métaphore de l'absurdité de la vie, on essaie tous de tenir debout, d'être libres alors que d'autres tirent les ficelles pour nous amener là où ils voudraient qu'on aille... » (bazart.com)

« Narcisse » attaque les pervers narcissiques : « c’est un cri de douleur, à trois temps pour adoucir le texte, contre les personnes toxiques et leurs mots qui tuent : la vie de leurs victimes est incarnée par le piano qui titube et s’effondre à la fin. » (DP, 2020)

Le pouvoir du déni résonne cependant sur « Jusqu’ici tout va bien », tout comme le refus du mansplaining ambiant, sur la pop enlevée de « Si t’étais moi ». (DP, 2020)

« Je prends mon temps », elle est une « ballade toute en arpèges construite comme un éloge de la lenteur dans une époque où la vitesse est une fausse vertu ». (DP, 2020)

Clou assume d’avoir pris le temps dans sa vie, en débutant dans la musique à trente ans. Son mantra ? « Ad augusta per angusta », « vers les sommets par les petits chemins » en latin. C’est d’ailleurs le sous-titre du seul titre anglophone d’Orages, « Tomorrow ». (DP, 2020)

« Cesse Cesse » a été conçue après une rupture douloureuse et des nuits blanches à jouer de la guitare. Mais le propos, ici, concerne la (nouvelle) naissance, la réinvention de ce qu’on est, quel que soit son genre et son âge, ce qui n’empêche guère Clou de se revendiquer profondément féministe : « Les femmes ont été silencieuses trop longtemps. Encore aujourd’hui, je me retrouve face à des gens qui ont du mal à comprendre que j’ai tout écrit et composé seule. » (DP, 2020)

Le clip de « Comme au cinéma » a été réalisé par Vincent Delerm pendant le confinement. « J'aime énormément le travail de Vincent, sa musique, ses photographies et puis son film. Je le connais depuis que j'ai eu la chance de faire quelques-unes de ses premières parties à la Cigale en 2019. Tout a démarré en octobre dernier, je suis allée voir son film ‘’Je ne sais pas si c’est tout le monde’’ au cinéma. J’ai été très touchée par sa délicatesse et la simplicité délicate de ses images. Car attention, simplicité ne veut pas dire facilité. Avec tous ces éléments, je me suis permis de lui écrire pendant le confinement pour lui proposer la réalisation du clip de ma chanson. Je l’ai fait sur un coup de tête, ça m’obsédait. Il apprécie le morceau et m’a dit oui à ma grande joie. Il m'a confié qu'il allait faire quelque chose de plus rhomérien qu’Hollywoodien. Bref un clip sans trucage et sans fard (rires). Cela m'allait très bien et correspondait parfaitement à ce que raconte cette chanson, cette envie de vivre "sans maquillage et en plans serrés", loin du glamour Hollywoodien, dans la vraie vie ! (rires). » (bazart.com)

En concert au Café De La Danse le 19 novembre.


BIOGRAPHIE

Clou, de son vrai nom, Anne-Claire Ducoudray, a grandi dans une famille de « classe moyenne intello », avec des parents mélomanes, qui écoutent aussi bien de la musique baroque que Madonna, Bob Dylan, Demis Roussos ou Toto Cutugno. « Mes parents écoutaient vraiment de tout ça allait de Demis Roussos à quelqu'un comme Toto Cotugno, des artistes bien plus intéressants que ce qu'on peut penser. » (bazart.com)

Dès ses cinq ans, elle étudie le piano au Conservatoire. Crise d’ado aidant, elle le boude une petite décennie plus tard, apprend la guitare en secret et écrit ses propres chansons d’un timbre déjà affirmé. « J’ai très vite écrit des chansons ; plus pour moi que pour devenir chanteuse ; j’ai commencé à travailler avec ma meilleure amie sur des titres de Simon & Garfunkel… » (laparisiennelife.com)

Sans ambition : sa timidité la dévore… Et puis, dit-elle, « pour ma famille, la musique ne pouvait être qu’un hobbie, un bagage culturel important, pas un métier. » (DP, 2020)

Après le bac, direction la fac de droit où elle s’ennuie, puis elle s’oriente vers la communication et le journalisme. Lors d’un master à New York, loin de son environnement habituel, elle se libère de ses peurs artistiques. Un soir, sur un coup de tête, elle se retrouve à jouer lors d’un open mic à Brooklyn. Le pire moment de sa vie, se souvient-elle. Elle se contente alors d’enregistrer un album, toute seule sur Garage Band : « pour poser mes questions uniquement, et surtout pas les vivre sur scène. » (DP, 2020)

De retour en France, elle travaille d’abord comme pigiste puis comme attachée de presse dans la mode. En parallèle, elle créé un groupe de folk, Folk’U, qui se produit en première partie de Revolver, Irma et Rover. (DP, 2020)

2014

Elle participe à un radio crochet organisé par Didier Varrod, de France Inter. Elle termine deuxième du concours, mais cette fois, elle en est convaincue : cette formation express de la scène lui a démontré que c’était bien là que se trouvait sa place. « Ce radio-crochet m'a vraiment permis de changer de voie et a été un énorme catalyseur pour moi. Je n'ai pas remporté la course, je suis arrivée deuxième mais le simple fait de passer sur France Inter, sur une radio de cette qualité, d’être écoutée et même entendue a vraiment tout changé et m'a permis de me lancer et de changer d’orientation professionnelle. Tout cela m’a permis de faire mes premières scènes toute seule et d’assumer mes chansons tout simplement. » (bazart.com)

2015

Elle signe avec un tourneur, et donne sa lettre de démission à son travail. La voici à assurer les premières parties de Benjamin Biolay, Dionysos, Thomas Dutronc… « C’est extraordinaire de partager la scène avec des artistes qu’on aime et dont on apprend beaucoup ». (DP, 2020)

2018

Elle assure les premières parties de Vianney. (corsematin.com)

Elle interprète « Les gauloises bleues » sur l'album hommage à Yves Simon Génération(s) Eperdue(s).

2019

Elle interprète « Back to one » en duo avec Cocoon sur son album « Wood Fire ». « Mark Daumail m’a trouvée via les réseaux sociaux. Il avait entendu « Les Gauloises Bleues » et m’a dit que c’était son morceau préféré. Quel compliment !! Du coup, il m’a invitée sur son album, « Wood Fire ». C’est assez incroyable comme histoire car j’adore « Cocoon » depuis longtemps et c’est un honneur de se retrouver à chanter avec lui. Nous sommes bien sûr restés en contact, je lui ai envoyé des compositions personnelles et peut-être un jour cela débouchera-t-il sur quelque chose… Même si généralement, Mark reste auteur-compositeur de l’intégralité de ses disques. » (headlinemagazine.net)

2020

En mai, elle sort son 1er Ep « Comment ».

Retrouvez Clou :