Ses grandes dates

9 novembre 1994 : Naissance à Montréal.

2009 : Parallèlement à ses études, elle entame une carrière de mannequin.

2013 : Elle atteint la finale de l’émission « La Voix », déclinaison québécoise de « The Voice ».

2016 : Elle sort son premier EP « Big Boy ».

Actualité

Son nouvel EP 10 titres (dont 6 de l’EP « Big Boy) intitulé « Main Girl », est sorti en version digitale le 6 septembre 2017 et en physique le 9 février 2018.

« Comparer BIG BOY et MAIN GIRL est une tâche complexe étant donné que les projets suivent une ligne directrice similaire. Les thématiques abordées telles que les relations humaines et la romance moderne sont omniprésentes au sein des deux projets. Avec MAIN GIRL, nous sommes allés davantage en profondeur en complexifiant les arrangements. Lors de la production, nous tendions vers des sonorités plus entrainantes. J’ai écrit et composé ces musiques au cours de la même période c’est la raison pour laquelle la continuité me semble être plus adaptée pour définir ces projets. Actuellement, nous sommes dans une phase d’introduction nous cherchons donc une cohérence, une pertinence des messages communiqués, non un renouveau. » (bewaremag.com)

Que souhaitais-tu véhiculer comme émotions lors de l’écriture de MAIN GIRL ?
« Je ne me souviens plus précisément de mon état d’esprit lors de l’écriture, seulement de ce que je voulais transmettre. A la suite du récit de l’une de mes amies, je voulais évoquer l’idée que nous sommes mieux seuls que mal accompagnés. Nous devons nous débarrasser des relations néfastes qui nous entourent pour acquérir une certaine force et indépendance. MAIN GIRL valorise une image de femme forte. Nous ne devons pas rester dans des situations négatives et blessantes mais apprendre et en ressortir plus fort. » (bewaremag.com)

On ressent une certaine mélancolie à travers ses titres, une forme d’amour sombre et rarement accomplie. « J’éprouve une certaine difficulté à écrire des chansons optimistes et positives. L’inspiration me semble davantage spontanée et naturelle pour traduire une certaine tristesse. Cela peut paraitre contradictoire étant donné que je ne suis pas une personne sombre dans la vie mais la moitié de mes compositions est romancée. Ce ne sont pas particulièrement des expériences personnelles mais je me sers d’histoires communes pour véhiculer des émotions fortes. » (bewaremag.com)

Chaque chanson est basée sur des relations personnelles, romantiques ou non, un thème auquel Charlotte revient toujours. « ‘’Main Girl’ décrit ce sentiment de puissance que tu découvres quand tu comprends que tu mérites d’être dans une relation épanouissante. Cette prise de conscience que tu es mieux seule qu’avec quelqu’un dont tu n’es pas la priorité. Cette nécessité de ne jamais accepter de passer après une autre. » (DP, 2018)

« Les humains m’inspirent. Ils m’intriguent. Quand je rencontre quelqu’un de nouveau, qui me fait ressentir certaines choses, je suis poussée à écrire. Va alors naître une histoire, qui peut aller au-delà de ce qui s’est réellement passé. C’est le sentiment initial qui m’inspire. Et aussi de savoir que ces relations humaines sont à l’œuvre depuis des milliers et des milliers d’années sans que jamais personne n’ait compris comment les faire fonctionner correctement. Pour ces nouvelles chansons, je voulais écrire des textes intenses, des chansons qui examinent le sujet en profondeur. J’écris toujours d’un élan passionnel, mais ces chansons-là sont encore plus intenses, dans les paroles comme dans la production. » (DP, 2018)
Les chansons sont simples et spacieuses, concentrant l’attention sur les paroles et le chant de Charlotte, pure expression de son émotion. La production est volontairement minimaliste, pour que l’on ressente chaque note et chaque mot profondément. “C’est comme cela que j’aime faire”, reprend Charlotte : “une voix limpide, peu d’instruments, quelques touches de modernité et c’est à peu près tout. Je tiens à ce que les choses restent simples”. (DP, 2018)

Dans son émission de radio sur la BBC, Elton John a parlé de Charlotte Cardin en plus de faire découvrir à ses auditeurs la chanson « Main Girl ». « C’est fou. Il a dit qu’il adorait la chanson. Ensuite, il l’a mise sur une liste de lecture Spotify qu’il a créée qui s’appelle Elton John Loves. Ce sont ses coups de cœur musicaux du moment. À deux reprises, Elton John m’a fait des clins d’œil et ça m’a vraiment touchée. »

« Ma mère a failli avoir une crise cardiaque quand je lui ai dit ça. Elton John, c’est son idole absolue. Elle me joue ses chansons au piano depuis que je suis toute petite.» (journaldemontreal.com, 2017)

Comment expliques-tu l’enthousiasme général que suscitent tes chansons ?
« Ce que je sais, c’est que mon projet musical est très, très, très proche de ce que je suis. J’offre aux gens un produit qui est vraiment à mon image et non à l’image d’un personnage. Je présente des choses qui respectent mes valeurs. Peut-être que ça se sent, ça, pour le public, que je suis fidèle à moi-même. En tout cas, moi, c’est ce qui vient me chercher chez les artistes que j’aime ; alors, j’ose croire que les autres aussi sont sensibles à mon authenticité. Et, parfois, c’est difficile de ne pas se cacher derrière un personnage. C’est déstabilisant de me sentir dénudée devant le public quand je présente une chanson qui est super vraie, qui est collée à ce que je suis. » (clindoeil.ca, 2017)

En tournée aux USA jusqu’en mai.

Elle jouera le 14 juillet au festival Musilac à Aix-les-Bains et le 21 juillet aux Vieilles Charrues à Carhaix.


BIOGRAPHIE

1994

Charlotte Cardin est née le 9 novembre 1994 à Montréal, au sein d’une famille de mélomanes. « Ma grand-mère était prof de musique, et mes parents, même s’ils sont vraiment plus dans le domaine scientifique, sont de grands amateurs de musique.» (portraitsdemontreal.com)

« Mes parents écoutaient vraiment de tout. J’écoutais beaucoup de rock avec mon père, beaucoup d’auteurs-compositeurs québécois et français. Ma sœur et moi on écoutait les Spice Girls. » (cocy.fr)

« Mon père écoutait les disques d’AC/DC à fond la caisse dans la voiture ! Il adore chanter à tue-tête quand il conduit… La première chanson d’AC/DC que j’ai entendue, ‘’Thunderstruck’’, est encore a préférée. La voix de Brian Johnson m’a accrochée dès les premières secondes, et le style musical m’a intriguée. » (fr.chatelaine.com)

« J’ai suivi des cours de piano quand j’étais en maternelle et grande section, mais j’ai abandonné. Par contre, je n’ai jamais vraiment arrêté de jouer du piano, car il y en avait un à la maison, et j’ai toujours pianoté dessus.» (clindoeil.ca, 2017)

A 8 ans, elle prend des cours de chant. (lesinrocks.com)

Sans d’autre but que de s’amuser, elle se met à écrire ses premières chansons à l’adolescence, inspirée autant par Radiohead que par Etta James. (DP, 2018)

2009

A 15 ans, alors qu'elle se consacre de plus en plus à la musique, elle s'inscrit dans une agence de mannequins. Une activité à laquelle elle va se consacrer de longues années, parallèlement à ses études. « Quand j'ai commencé à travailler dans la mode, je trouvais ça excitant parce que c'était nouveau. C'est sûr que c'est un monde qui paraît glamour, qui paraît très beau de l'extérieur, mais après avoir fait ça quelques années, j'ai réalisé que ce n'était pas pour moi, simplement parce que j'avais envie d'un défi et j'avais envie de quelque chose qui mettait en valeur mes capacités intellectuelles et je ne trouvais pas du tout que ça me permettait d'utiliser ce côté-là de ma personne, alors j'ai complètement perdu intérêt. Mais j'ai continué un bout de temps, car c'était mon seul revenu et j'étais quand même chanceuse de pouvoir faire ça plutôt que de travailler dans une boutique de vêtements ou dans un café pour avoir de l'argent de poche. Mais ça ne me stimulait pas du tout. » (lesoleil.com, 2017)

2013

Elle atteint la finale du télé-crochet « La Voix ». « Je me suis retrouvée là un peu par hasard. Un ami de la famille m’a dit qu’il y avait des auditions et j’avais pas très envie d’y aller. Mais ils m’ont mise au défi et je me suis dit que je n’avais jamais auditionné pour quoique ce soit donc que ça pouvait me faire une bonne expérience. Je m’attendais pas à ce que ce soit concluant. » (cocy.fr)

Après l’émission, elle prend le temps de terminer ses études. « J’aurais pu lancer un disque tout de suite après La Voix, surfer sur ce buzz. J’y ai réfléchi, mais j’ai ressenti le besoin de terminer mes études, de voyager, d’expérimenter, de me positionner en tant qu’artiste.» (ellequebec.com, 2016)

Garou la remarque et lui propose d’enregistrer avec lui le duo « Du vent, des mots » extrait de son album « Au milieu de ma vie ». (chartsinfrance.net)

2015

Elle assure la première partie de Mika à Montréal. (voir.ca)

2016

Elle sort son premier EP « Big Boy », composé de quatre chansons en anglais et de deux en français. « Ma progression s’est faite à l’envers. À La Voix, à 18 ans, je chantais chaque semaine devant un million de téléspectateurs. Ce n’était pas la vraie vie ! Aujourd’hui, si je suis chanceuse, je remplis des salles de... 100 personnes! (rires) Je suis entrée par la grande porte, mais ce n’est que maintenant que je comprends le métier de musicienne. » (ellequebec.com, 2016)

« La Voix m’a aidée à me bâtir une certaine fanbase. Certains fans sont restés. D’autres n’ont pas accroché à mes propositions plus personnelles. J’ai attendu trois ans avant de sortir le premier morceau qui était 100% personnel. De cette expérience, j’en ai retenu le meilleur. Ca m’a appris la scène, à gérer les entrevues avec la presse. Il faut juste ne pas croire que tout est arrivé avec la notoriété que fournit une telle émission car tout le travail ne fait que commencer ensuite. Et il faut accepter de passer de salles de 3000 personnes à des petites salles intimes. Ca apprend vraiment des choses si on comprend que ce n’est pas la vraie vie musicale. La vraie musique, ce n’est pas la téléréalité ». (parismatch.be, 2017)

Elle remplace au pied levé la chanteuse Brandi Carlile en première partie de Sting et Peter Gabriel, au festival d’été de Québec. « Je n'étais pas terrorisée, mais c'est sûr que j'ai déjà été plus à l'aise. C'était un gros truc, mais ça s'est tellement passé vite qu'on n'a pas eu le temps de le réaliser. Je pense que ç'a été une chance que tout se bouscule comme ça. C'est Brandi Carlile qui était censée ouvrir. Quarante-huit heures avant, on a su que c'était possible qu'on le fasse. Vingt-quatre heures avant, ç'a été confirmé... C'était tellement précipité qu'on s'est dit qu'on jouerait le même show qu'on avait prévu pour la petite scène, car on n'avait pas le temps de refaire un show. On s'est juste dit que peu importe ce qui arrive, les gens vont avoir un niveau d'indulgence plus élevé, surtout que les conditions n'étaient pas top : il faisait 5 degrés, les micros ont lâché, il pleuvait ! Et finalement, on a eu de super bons commentaires. Ç'a été un super beau show et une super soirée, on était vraiment fiers de nous !» (lesoleil.com, 2017)


MUSIQUE

Style musical

Ses compositions flirtent tant avec la soul que la jazz ou la pop. « Je dis que je fais de la pop inspirée de soul, de jazz et de trip-hop. Je dis que je fais de la pop car j’ai grandi dans cet univers musical et que je suis très fière de me définir comme « pop » car ce terme englobe aujourd’hui beaucoup de chose même si je sais que je ne sonne pas comme de la « pop FM américaine » à laquelle on pense qu’on cite le terme de ‘’pop’’.» (parismatch.be, 2017)

On la compare souvent à Amy Winehouse. « Je trouve ça très flatteur car elle a fait de grandes choses. Elle a donné un nouveau nom au jazz. Elle avait un truc unique. Mais Amy Winehouse n’est pas pour moi une référence. Je ne l’ai finalement pas tant écoutée que cela ». (parismatch.be, 2017)

Influences et goûts musicaux

C’est grâce à Céline Dion qu’elle s’est mise à chanter. « Quand on était toutes petites, ma soeur et moi, on chantait toutes les paroles de ses chansons, et j’essayais de reproduire les petites fioritures qu’elle faisait avec sa voix tellement belle et tellement maîtrisée. Je trouve que c’est une femme qui est restée super intègre, fidèle à elle-même. On peut aimer ou non sa musique mais il est indéniable que cette femme-là est talentueuse, professionnelle et disciplinée. Ça me fait halluciner: elle donne des centaines et des centaines de spectacles chaque année et elle reste toujours au top. C’est mon idole absolue ! » (clindoeil.ca, 2017)

« Ma sœur et moi chantions et dansions sur les titres de Céline Dion quand on était toutes petites et ça a toujours été notre idole ultime. Par la suite, c’est Radiohead qui m’a inspirée à écrire mes propres chansons.» (labibleurbaine.com)

« Je rêve de chanter avec Radiohead. Il y a plein de rappeurs aussi avec qui ça pourrait être vraiment cool. Daniel Caesar, par exemple, qui a fait en plus pas mal de featuring avec des voix féminines dans son dernier album. » (cocy.fr)

C’est quoi pour toi la chanson d’amour ultime ?
« ‘’Pour que tu m’aimes encore’’ de Céline Dion. » (cocy.fr)

« J’ai redécouvert récemment la chanson ‘’Rise & Fall’’ de Sting et Craig David, et la trouve toujours aussi exceptionnelle. » (belmodo.fr, 2017)

Elle est fan de gangsta rap. « Avec mon équipe on écoute régulièrement Schoolboy Q, lors de nos trajets en voiture. On écoute également ‘Revival’, le nouvel album d’Eminem. J’aime aussi beaucoup la chanson ‘Bené’ de PNL, je la trouve hyper catchy. » (folkr.fr, 2018)

Ecriture/Composition

« Le piano est ma source d’inspiration première, c’est une forme de processus de création. L’écriture des paroles et la composition des mélodies se fait en même temps. Je joue avec les accords en me laissant porter par des sonorités. Au cours de cette recherche spontanée, des messages naissent naturellement en faisant écho au piano. Je sais souvent ce que je souhaite véhiculer ou non. L’écriture des musiques se fait régulièrement en une heure mais un retravaille est nécessaire. » (bewaremag.com)

Ses textes, elle les écrit aussi bien en anglais qu’en français. « J’ai passé mon enfance au sein d’un univers bilingue à Montréal. Toute mon éducation repose sur la langue française mais nous avons constamment fréquenté des anglais. Ma grand-mère est canadienne anglaise ce qui me permet de connaître et d’appréhender ces cultures diverses. Lors de la composition, tout me semble fluide. Parfois je commence une musique en français puis la traduit en anglais mais ce n’est en aucun cas un choix conscient. Le Franglais bien dosé peut être magnifique. » (bewaremag.com)


Ses chansons racontent des histoires d’amour et des relations compliquées – qu'elles soient personnelles ou simplement observées dans son entourage. « Je parle d'amour et des rapports entre les êtres humains en général. C'est la chose la plus intrigante au monde à mes yeux! » (belmodo.be, 2018)

La scène

« Je me présente souvent sur scène comme je suis durant la journée. Sans habit de scène. J’ai été mannequin donc le trip d’être dans la peau de quelqu’un d’autre pendant plusieurs heures en étant maquillée, coiffée, habillée différemment de ce que l’on est, je l’ai vraiment vécu et je l’ai assez vécu. Je suis juste prête à me présenter telle que je suis ». (parismatch.com, 2017)



PERSONNEL

Une artiste féministe

«Le sexisme est horriblement présent dans l’industrie de la musique et, en tant que féministe, je suis indignée. Parce que je suis jeune et parce que je suis une femme, j’ai parfois de la difficulté à être prise au sérieux. Je sens que je dois prouver que je suis intelligente et que mes opinions ont de la valeur. Je suis convaincue que ce serait différent si j’étais un gars. Et c’est terrible à dire mais, dans ce milieu, quand tu es une fille, tu as plus de chances de percer si tu corresponds aux critères de beauté de la société. On m’a déjà dit que je devrais profiter du fait que je suis “belle” et m’habiller de façon à, disons... mettre mon corps plus en valeur. C’est tellement con! Je ne veux pas réussir à cause de ce que j’ai l’air; je veux être reconnue pour ma détermination et mon talent!» (ellequebec.com, 2016)

Le goût du secret

«Sur les réseaux sociaux ou dans les entrevues, je garde bien des choses pour moi. Je n’ai pas de secrets, mais je préfère que ma vie intime reste... intime. J’ai appris par essais et erreurs. Une fois, j’ai parlé de mon copain sur Instagram. Le lendemain, un journal publiait un article du genre: “Charlotte a un copain!” Un peu plus tard, j’ai publié une photo de moi un peu sexy, sur laquelle je porte un veston sans soutien-gorge. Peu après, un site à potins titrait un billet: “Charlotte dévoile une photo les seins découverts”. C’est drôle... mais aussi énervant! Que je le veuille ou non, je suis sous l’œil du public, et je dois être vigilante si je veux préserver mon jardin secret. Je suis honnête avec mes fans, mais je crois que c’est normal de ne pas vouloir tout dévoiler...» (ellequebec.com, 2016)

DISCOGRAPHIE

2016 : Big Boy
2017 : Main Girl

Retrouvez Charlotte Cardin :