Ses grandes dates

1992 : Naissance à Kitchener (Canada).

2012 : Elle monte un groupe folk, The Royal Streets.

2014 : Ils sortent leur premier album « King and Queen ».

2016 : Après la séparation du groupe, JJ cumule plusieurs petits boulots tout en continuant à jouer de la musique.

2019 : Elle sort son premier EP « Wilde eyes, Steady Hands ».

Actualité

Le 12 juin, elle a sorti son premier album « Ruthless » (« Impitoyable » en français).

Son single « The Rush » l’a propulsée au premier rang des ventes et a marqué l’histoire puisque JJ Wilde est devenue la première femme à occuper la première place des trois palmarès du rock (Alternative Rock, Active Rock, Mediabase Rock Big Picture) au Canada. (Rolling Stone, 2020)

Son album est une sorte de parcours initiatique, une manière d’invitation au voyage au cœur de sa personnalité exacerbée, brute, extrêmement bien taillée et... impitoyable évidemment. Grinçante souvent, éloquente tout le temps, l’auteure-compositrice-interprète canadienne crée ici une réelle différence. Wilde, qui mérite bien son nom, a bien évidemment connu les années de galère, mais elle avait un message et une volonté de fer. Alors tout à l’énergie ? Non, pas seulement, cet album au songwriting intense gratte là où ça fait mal, ainsi du douloureux mais émouvant “Funeral for A Lover”, une véritable lettre d’amour déchirante. (Rolling Stone, 2020)

« Cet album est le résumé d’un long parcours. Ma principale inspiration est venue d'un appartement dans lequel j'ai vécu pendant deux ans. C’était une période sombre, et je ne savais pas du tout où allait ma vie. Près de 4 ans plus tard, après d'innombrables concerts, tournées, voyages et séances d'écriture ou d’enregistrement, j'ai maintenant l'impression que ces chansons reflètent une vision intérieure sur mon univers. Ce disque résume mon parcours, le début et la fin de mes relations amoureuses, mes amitiés, mon travail… une sorte de course folle que je suis heureuse de pouvoir enfin partager ».

« ‘’Funeral for a lover’’, une chanson autobiographique, me tient particulièrement à cœur. J’ai vécu avec un homme bipolaire, qui luttait contre la dépression… C’est difficile de voir quelqu'un que vous aimez souffrir. C'est encore plus difficile lorsque vous essayez de l’aider à s’en sortir et que rien ne semble fonctionner. On se sent impuissant. Ecrire cette chanson m’a permis de déculpabiliser par rapport au fait que je n’ai rien pu faire pour lui. Finalement, il a fini par demander de l'aide et il va beaucoup mieux aujourd’hui. L’écriture de ‘’Funeral for a lover’’ s’est faite dans la douleur et j’ai eu du mal à la chanter sur scène. Mais j’ai été surprise par la réaction des gens qui venaient me voir après les concerts. Ils me disaient que cette chanson les touchait, qu’ils avaient vécu la même chose que moi. » (atwoodmagazine.com)

« J’ai écrit ‘’The Rush’’ un matin, alors que j’avais la gueule de bois et que j’étais en retard pour aller au boulot. Elle parle de chaos, de passion, de vivre l’instant présent. » (iamhighvoltage.com)

Le 21 août, elle a sorti le single « Best Boy ». « Pour moi, cette chanson tente de changer le regard que la société porte sur les femmes. Il est clair, en particulier dans l’industrie de la musique, que les femmes sont souvent considérées comme des objets. » (paris-move.com)

« Dans le clip, on voit des personnes d’horizons différents, filmées chez elles. L’intérêt c’était de capter ce qu’elles ressentaient quand elles entendaient ‘’Beast Boy’’. La veille du tournage, j’ai commencé à avoir des doutes : ‘’Le clip n’est-il pas trop osé ? Suis-je trop sexy ? Les gens vont-ils me prendre au sérieux ?’’ Quand on a commencé à tourner, j’ai arrêté de me poser toutes ces questions et je me suis dit que je n’avais pas à avoir honte de ce que je faisais. J’aimerais que les femmes arrêtent de douter d’elles-mêmes et osent s’exprimer librement. » (paris-move.com)


BIOGRAPHIE

1992

JJ Wilde, de son vrai nom Jillian Dowding, est née à Kitchener dans l’Ontario. « J’ai grandi en écoutant les disques de mon père et ceux de mon frère aîné. Beaucoup de rock : Led Zeppelin, Jimi Hendrix, Pink Floyd, Elvis Costello, Bruce Springsteen, Janis Joplin. Ma mère, elle, écoutait Paul Simon et Van Morrison. » (analogue.io)

2007

A 15 ans, son frère lui apprend à jouer de la guitare. « C'est à ce moment-là que j'ai vraiment commencé à écrire des chansons. » (beyondthestagemagazine.com)

« La première chanson que j’ai appris à jouer c’est ‘’Coconut Skins’’ de Damian Rice. » (analogue.io)

« Ado, je disais à tout le monde qu’un jour je serais célèbre. J’y ai toujours cru et je n’ai jamais rien lâcher. » (analogue.io)

2012

Elle monte un groupe folk, The Royal Streets, avec des amis du lycée. (beyondthestagemagazine.com)

2014

Ils sortent leur premier album « King and Queen ». (communtiyedition.ca)

2016

Après la séparation du groupe, JJ cumule trois ou quatre boulots différents (barmaid, serveuse, réceptionniste…) tout en continuant à jouer de la musique. « Je me produisais sur scène plusieurs fois par semaine. Parfois je chantais devant 30 ivrognes qui n’en n’avait rien à foutre. » (analogue.io)

« A cette époque, je vivais dans un appartement pourri et j’étais épuisée à cause des différents jobs que j’exerçais en même temps. C’était vraiment une sale période. Je ne voyais pas comment m’en sortir. Un jour, j’ai rencontré brièvement celui qui allait devenir mon manager. On a fait quelques réunions, il est venu me voir plusieurs fois sur scène. A ce moment-là, je me suis dit que quelque chose était en train de se passer et puis je n’ai plus eu de nouvelles de lui pendant deux ans. J’ai continué à écrire et j’ai fini par me dire que peut-être que j’avais laissé passer ma chance. J’ai alors pris rendez-vous avec une conseillère d’orientation pour qu’elle m’aide à trouver un vrai travail comme on dit. Elle m’a proposé plein d’options différentes mais ça m’a juste conforté dans le fait que je voulais vivre de ma musique. Deux jours plus tard, Jason, mon manager, m’a contacté pour savoir si j’avais de bonnes chansons à lui proposer. Je lui en ai envoyé plus de 200. » (earmilk.com)

2019

Elle sort son premier EP « Wilde eyes, Steady Hands » : 4 titres choisis par son producteur dans une collection de centaines de chansons de la jeune femme. (Rolling Stone, 2020)

« On a enregistré à Los Angeles, c’est la première fois que j’allais là-bas. J’ai coécrit cet EP avec Frederik Thaae, on est vraiment complémentaires. » (music.allaccess.com)

Elle assure les premières parties de The Struts, the Glorious Sons, Reignwolf et Incubus. (clevescene.com)

Retrouvez JJ Wilde :