Ses grandes dates

7 mai 1968 : Naissance à Stockholm.

1998 : Il sort son premier album « Desireless » qui s’écoule à 4 millions d’exemplaires notamment grâce au titre « Save tonight ».

2001 : Il sort son deuxième album, « Living in the present future », qui comprend un duo avec sa sœur Neneh.

2003 : Il sort son troisième album, « Sub Rosa ».

2009 : Il interprète « Pandora’s box » en duo avec De Palmas sur l’album de ce dernier intitulé « Sortir ».

2012 ; Il sort l’album « Can’t Get Enough ».

Actualité

Eagle Eye Cherry s’était retiré du monde de la musique, mais une série de circonstances lui ont redonné goût à son métier d’artiste. C’est ainsi qu’il enregistre son cinquième album « Streets Of You », sorti le 26 octobre.

« Je commençais à apprécier l’anonymat. Passer du temps avec ma famille, jouer au football les week-ends... En plus, comme beaucoup d’autres artistes de ma génération, je me suis senti complètement perdu dans ce nouveau paysage musical où les singles comptent plus que de faire un album. »

Il s’est entouré d’une nouvelle équipe, qui lui a ouvert les yeux sur les bons côtés du streaming. Il a notamment déménagé à Nashville pour opérer cette transition.

« J’avais hâte de coécrire avec d’autres. J’avais déjà essayé de le faire à LA, mais cette ville m’en empêchait. Ce qui n’était pas le cas de Nashville. L’ambiance générale de cette ville, le fait que la musique coule dans ses veines, qu’elle s’écoute tout le temps en live, et surtout, que les gens applaudissent celui qui réussit, m’a redonné confiance en moi et m’a encouragé à faire de la musique à nouveau. »

Il a enregistré une partie de l’album dans les studios Blackbird. C’est à cet endroit qu’il a retrouvé son désir de revenir sur le devant de la scène. L’enregistrement s’est poursuivi dans les célèbres Atlantis Studios à Stockholm, où d’autres artistes légendaires comme ABBA ou Elvis Costello ont enregistré.

« J’ai financé moi-même les séances d’enregistrement en studio, et j’ai rapidement réalisé que je ne pourrais pas me permettre de tout enregistrer à Nashville. Heureusement, j’ai eu la chance de continuer à Stockholm. »

Il a travaillé avec le producteur Peter Kvint.

« Nous avons enregistré dans une école très ancienne avec un super groupe pendant 10 jours. J’ai testé un certain nombre de chansons et tout s’est retrouvé sur cet album. J’aime toujours le format album, mais je peux aussi imaginer sortir un EP. »

Il a aussi travaillé avec le batteur américain Earl Harvin, qu’il a rencontré en Angleterre à un concert de The The.

« Je n’ai jamais été aussi content d’un album. J’ai écrit ces chansons sur la route, comme j'ai grandi. L'album a été enregistré au studio Black Bird à Nashville et à Stockholm. »

« ‘’Streets of you’’ parle de la rupture d'une relation amoureuse, de la façon dont vous essayez de passer à autre chose mais les souvenirs de cette personne vous suivent partout, vous pouvez marcher dans n’importe quelle rue, il y a toujours quelque chose qui vous fait penser à elle. Je pense que tout le monde peut se sentir concerné par ça... Il y a une certaine mélancolie dans les paroles et en même temps la musique est assez joyeuse.»



Il était au sommet de sa carrière en 1997 quand il a décidé de faire une pause. Il a même joué dans un film de surfeurs. Ses fans adoraient la façon qu’il avait de remettre au goût du jour la musique country folk, avec laquelle il a grandi. Son père Don et sa soeur Neneh sont des pierres angulaires de la culture jazz.

« A Stockholm, je vivais dans une sous-location et la seule chose que je possédais, c’était ma guitare. J’ai commencé à écrire des chansons de manière complètement improvisée. J’avais l’habitude de jouer des percussions, du clavier et ma musique était surtout basée sur le rythme dans le passé, maintenant c’est les paroles et les mélodies qui priment. C’était une sorte de musique folklorique qui décrivait des situations. Plus tard, j’ai commencé à écouter Neil Young et Bob Dylan, mais j’avais déjà trouvé mon propre style. « Save Tonight » est l’une de mes premières chansons. Ce jour-là, j’avais pourtant décidé d’aller jouer au foot. Je la trouvais un peu ringarde, mais bonne. Beaucoup de gens me demandent si c’est un fardeau d’avoir composé une telle chanson, mais c’est un bon problème. Je suis convaincu que je l’aimerais même si quelqu’un d’autre l’avait écrite. »

A long terme, la situation est devenue difficilement maîtrisable entre les tournées, la promo et les enregistrements.

« Je jouais trop souvent et très souvent sur de très grandes scènes. Je me suis un peu perdu et j’ai ressenti beaucoup de pression. J’étais proche de l’épuisement. Je pouvais toujours me retirer chez moi en Suède, c’était ma façon de me sentir normal. Mais je ne regrette pas, c’est amusant d’agir comme une rock star. »

Dans Taratata le 14 décembre pour « Streets of you » et « What about us » avec Daisy

Retrouvez Eagle-Eye Cherry :