Line up
Taylor Perkins (chant)
Cole Perkins (guitare)
Mike Vandyk (basse)

Sur scène, ils sont accompagnés par Chris Dimas (batterie)

Bio

Bleeker nous vient d’Orillia dans le comté de Simcoe, dans l’Ontario (à une heure et demie au nord de Toronto).

Taylor : « L’été, c’est vraiment très beau. On est entre deux lacs, à la lisière de la campagne de Muskoka. C’est une petite ville, on tourne vite en rond et l’hiver c’est vraiment déprimant mais on passe notre temps à faire de la musique. » (independent.com)

A l’origine, les frères Taylor (chant) et Cole (guitare) Perkins ont formé le groupe avec les frères Steinke, Dan (guitare) et Dustin (batterie). Ils s’appelaient alors Bleeker Ridge.

Taylor : « On habitait Bleeker Street dans notre petit village canadien, et vers l'âge de 12-13 ans on a fondé un groupe qui s'appelait Bleeker Ridge. On a joué sous ce nom pendant 13 ans, sorti plusieurs albums, tourné en première partie de grands noms (Papa Roach, Airbourne…). » (lagrosseradio.com)

Fin janvier 2016, Bleeker Ridge se rebaptise Bleeker quand les frères Steinke décident de quitter le groupe. Dustin Steinke devient batteur de Sixx:A.M.

« On repart sur de nouvelles bases. Depuis 2016 on s'appelle Bleeker, et on change de style, on est moins axés rock pur, on se laisse libre de toucher à tout, d'essayer de nouvelles choses. » (lagrosseradio.com)

En 2016, Bleeker sort outre-Atlantique un premier EP porté par le single « Highway » puis l’album « Erase You ».

L’album est produit par James Michael (chanteur/producteur de Sixx:A.M. Il a travaillé avec Scorpions, Mötley Crüe et Meat Loaf) et Matt Squire (Panic! At The Disco, All Time Low, The Used).

Taylor : « Ces deux mecs ont les pieds sur Terre. Avant, nous aurions eu un peu les jetons à l’idée de voir quelqu’un d’autre mettre le nez dans nos chansons. Mais aujourd’hui, nous apprécions d’avoir un point de vue différent, c’est intéressant d’avoir l’avis d’une personne qui a plus d’expérience et de recul. » (My Rock, 2017)

Taylor : « Ce sont des chansons qu’on avait préparées avant, et qui ne convenaient pas à l’ancien groupe. Mais on n’arrête pas de créer. Ce qui me plaît le plus dans toutes les choses qu’on fait, c’est écrire les textes des chansons. » (lagrosseradio.com)

Taylor : « ‘’La chanson ‘’Highway’’ possède une vibe un peu blues et un refrain hyper simple qui fait tout de suite mouche. De manière générale, les gens ne s’attardent pas sur les chansons trop compliquées. Ça doit être pour ça qu’Highway fonctionne si bien. De notre côté, dès l’instant où on l’a enregistrée, on savait que ce serait le single. » (My Rock, 2017)

A propos du titre « I’m Not Laughing Now ».
Taylor : « La plupart des chansons de l’EP sont de vieux titres. On avait une chanson qui ne correspondait pas vraiment à ce qu’on voulait faire. Elle s’appelait « Cereal Box ». Je l’ai enregistré sur un vieil ordinateur dans ma baignoire. J’ai pris une boîte de céréales pour faire la caisse claire. C’était vraiment horrible. Mais en la faisant écouter autour de moi, on m’a dit : hey, c’est vraiment pas mal ! Je l’ai mise de côté pendant des années. Je l’ai fait écouter au mec qui a produit l’EP, James Michael, et il m’a encouragé à la retravailler. Elle sonne différemment. On a essayé de garder le côté brut… sans le côté crado, le son est très organique, et en fait ça sonne bien… J’en suis très fier, c’est sûrement ma chanson préférée sur l’EP. » (independent.com)

Ils ont également enregistré une reprise d’Elvis Costello, « Radio Radio ».

Comment vous résumeriez cette année 2016 ?
Taylor : « C’était hyper intense. On a monté notre groupe il y a 12 ans et ça n’a jamais aussi bien marché, c’est fou ! On commence à faire des grosses tournées alors que nous n’avons sorti qu’un disque. On n’a jamais été entouré d’une équipe donc on apprend au fur et à mesure, c’est assez intriguant. On est plus carré et plus rigoureux ce qui est chouette. C’est impressionnant de voir l’évolution. Aujourd’hui, on est entourés par des gens qui sont aussi enthousiastes que nous vis-à-vis des chansons. » (independent.com)

Taylor : « Depuis qu’on a sorti « Erase You », c’est la folie, on n’arrête pas de tourner ! On a sillonné le Canada en long et en large ces dernières années, et on a vraiment le sentiment que ce disque nous ouvre les portes du monde entier. On commence à jouer aux Etats-Unis, on va s’attaquer à l’Europe… C’est énorme ! On a galéré pendant tant d’années, on avait l’impression que rien ne se passerait jamais pour nous. Alors, voir tous ces gens qui travaillent dur pour mener notre projet à bien, c’est exceptionnel et on en a conscience. Cela apporte encore plus d’eau à notre moulin. On a tellement été habitués à évoluer sans rien… Cette expérience nous a appris à nous libérer totalement, car nous avions tendance à limiter notre créativité pour entrer dans une case. Aujourd’hui, nous nous autorisons tout, et on assume tout ce qu’on fait. » (My Rock, 2017)

Taylor : « A la fin des concerts, on prend le temps de discuter avec les gens qui sont venus nous voir. Il ne faut pas se prendre au sérieux, surtout pas. » (independent.com)

Retrouvez Bleeker :