Auparavant il se faisait appeler Black Mesrimes en référence à Jacques Mesrine. « C'était il y a dix ans, j'étais jeune et con. Son côté ennemi public numéro un me fascinait. J'ai remplacé Jacques par Black et Mesrine par Mesrimes, et c'est devenu Black M. » (Le Parisien, 18/09/14)

Black M, de son vrai nom Alpha Diallo, est né le 27 décembre 1984. Il est d’origine guinéenne. (etudiant.univ-mlv.fr)

« Mes parents sont venus en France pour travailler, trouver un monde meilleur. Ma mère est aide-soignante, mon père cuisinier. Il a trouvé du travail à Paris dans des quartiers assez chics. On y habitait à six dans une chambre de bonne. Mais on ne manquait de rien. Mes parents ont réussi un beau parcours au fil du temps. » (Le Parisien, 18/09/14)

« J’étais plutôt un gamin renfermé et timide. Ecrire des chansons m’aidait à exprimer des choses que je ne parvenais pas à dire dans la vie. Quand j’ai vu que ça touchait quelques personnes autour de moi, je me suis dit : ‘’Pourquoi pas le monde entier ?’’ » (Le Parisien, 18/09/14)

« J'ai découvert le rap en voyant mon père regarder à la télé Lauryn Hill et les Fugees. Ce sont eux qui m'ont donné envie de faire du rap. J'ai commencé vers l'âge de 15 ans. Au début, c'est galère. On ne sait pas faire, on se cherche. Je me suis trouvé des noms ridicules, comme La Stratégie ! Mais à force de travailler, cela finit par prendre forme. » (L’actu, 09/04/14)

«Je n'étais pas un très bon élève. J'étais un peu perturbateur, je faisais des blagues.
Mais les profs m'aimaient bien quand même. J'ai été orienté en BEP comptabilité. Même si cela ne me convenait pas, je me suis laissé porter. J'aurais aimé faire une école d'audiovisuel, mais elles étaient trop chères. J'ai toujours bien aimé le français. L'anglais aussi, même si je n'étais pas bon. Et j'ai toujours détesté les maths, sauf en BEP, ou j'ai rencontré un prof qui m'a appris à aimer cette matière. » (L’actu, 09/04/14)

En 2002, il a fondé Sexion d’Assaut avec Maître Gims, Adams, Lefa, Maska, Doomams, JROchrome et L.I.O. (Rap Mag, 2010)

Retrouvez Black M :