Actualité

Son premier EP éponyme est sorti le 19 janvier.

« Dans ‘’L’amas d’chair’’, je parle d’une période où j’étais avec ma copine et quand on s’est séparés c’était très dur… On a dû vivre ensemble pendant trois mois en faisant chambre à part et j’esquivais le plus possible de me retrouver dans l’appartement avec elle. Je sortais beaucoup et je m’infligeais des choses assez dures. J’ai cherché mes limites et dans cette chanson, j’ai essayé de décrire la pulsion que j’avais entre le mépris de toute la beauté qu’elles ont et qu’on n’a pas, et le désespoir que j’ai à être indéfiniment dépendant de l’amour des femmes. » (justmusic.fr)

« ‘’Aie’’ fait écho à ‘’L’amas d’chair’’. C’est quelque chose que je pense et j’aime bien cette métaphore. On est tous en rang d’oignon, jusqu’à un endroit où on ne veut pas aller, on ne veut pas mourir… Je trouve cette image assez glauque mais j’aime bien parler de la mort. C’est un titre sur notre mortalité à tous et sur notre façon d’être esclaves en essayant de la fuir. » (justmusic.fr)

« ‘’Soirées parisiennes’’ parle d’elle-même. C’est la découverte des soirées parisiennes qui contrairement à celles de Normandie sont un peu moins solos et moins violentes pour moi mais aussi pour les autres. » (justmusic.fr)

« Je suis quelqu’un d’assez solitaire parce que j’aime ça. Je suis souvent mieux quand je suis isolé et du coup, je n’ai pas de potes d’enfance. Je croise des groupes de potes et parfois je me dis que j’aurais pu avoir ça aussi. J’ai écrit ‘’Toi qui m’écoutes’’ dans la pulsion, en parlant des potes et du grand-frère que je n’ai jamais eu car ma mère m’a dit qu’elle avait avorté; du coup, ça m’avait un peu marqué. Je me dis qu’il se trouve peut-être dans la personne qui m’écoute, c’était la première fois que j’écrivais pour le coeur de celui ou celle qui m’écoute. » (justmusic.fr)

Il reprend « Fusil » du rappeur SCH. « J’écoute beaucoup de rap et à une période, je n’écoutais que Booba. SCH est arrivé et il m’a tout de suite intrigué. Au début, je trouvais qu’il en faisait des caisses, mais au fur et à mesure, j’ai découvert plein de subtilité dans son flow et sa voix. A l’époque, on mettait des reprises en ligne et j’ai fait écouter « Fusil » à mon équipe en pensant me faire jeter. Ils ont adoré et ils ont décidé de la poster. Il y a tout de suite eu un énorme engouement sur Facebook – je ne m’en remets toujours pas– et mon éditeur chez Sony m’a demandé de faire plus de chansons dans ce style. J’ai tout de suite pris ma guitare et ça a donné « Je réponds pas » qui est aussi en ligne. Ça m’a donné une sorte de pulsion et sans cette reprise, il n’y aurait pas eu d’EP et Polydor. J’adore « Fusil » et il était normal pour moi qu’il soit sur mon premier EP.» (justmusic.fr)

Il prépare actuellement son premier album. « On a largement assez de titres, mais comme je continue à écrire, il y a des chansons qui partent et d’autres qu’on rajoute (sourire). En ce moment, je suis en train de travailler avec d’autres personnes donc on verra si ça va rester ou pas. Avec Luke et Swing (compositeurs et producteurs), on travaille ensemble depuis 5 ans et on a une bonne osmose. Avec les autres, c’est encore bancal mais c’est excitant car ça donne des choses plus fragiles, donc j’espère que ça sera sur l’album. Pour le moment, je ne peux pas en dire plus (sourire). J’aimerais bien qu’il sorte à la rentrée mais tout dépendra de l’engouement du public. Après je me mêle pas trop de tout ce qui est marketing car je préfère me concentrer sur ma musique. » (justmusic.fr)

Il a écrit la chanson « Toi Blessé » qui figure l’album « Quand tout recommence » de Tina Arena, sorti le 6 avril. « J’ai essayé plein de fois d’écrire pour d’autres gens et c’est un exercice plus difficile. Quand je le fais pour moi je vais chercher là où ça brûle, et pour les autres, il faut l’imaginer pour eux en essayant d’être cohérent. Jean-Christophe Bourgeois, mon éditeur a envoyé des titres à quelques artistes dont Tina Arena. Elle a beaucoup aimé, on s’est donc rencontrés. Elle est magnifique et super gentille ! C’est une superbe chanteuse et c’est la première fois que j’entends un de mes textes chanté par quelqu’un d’autre. Je n’ai pas encore écouté la version finale et je suis très excité. J’espère qu’elle est contente du résultat et que le public aimera aussi. Je suis vraiment fier et j’espère qu’il y en aura encore d’autres. » (justmusic.fr)


BIOGRAPHIE

Antoine Elie, 28 ans, est né à Rouen de parents médecins. (Madame Figaro, 2018)

« Ce que je n’ai pas eu affectivement, je l’ai eu matériellement. Mes parents étaient absents, maladroits. Ma mère venait d’une famille de prolos. Quand elle m’offrait quelque chose, elle me faisait culpabiliser. » (Le Parisien, 2018)

À la maison, on écoute pas mal de classique, de la chanson française. Son père, plus jeune, avait écrit quelques bricoles, avant de passer à autre chose. (universalmusic.fr)

Enfant, il enregistre sur le magnétophone de son père ses premières chansons. (universalmusic.fr)

« Mon père me chantait des chansons. Je lui piquais aussi sa guitare de temps en temps. Pour lui, il était important de faire écouter différents styles de musique aux enfants. Il m’a inconsciemment poussé car il m’a inscrit à des cours de piano. J’ai fait aussi de la batterie et quand j’ai découvert la guitare et le chant, je suis totalement entré dedans pour moi-même. » (justmusic.fr)

Il participe à plusieurs concours de chant locaux : « Ça faisait un peu bête de foire ». (universalmusic.fr)

Post ado, il erre, à Paris, au Havre, avec des Polonais sur la plage, des filles dans les bars. Il traîne avec sa guitare, reprend du Manson, du Nosfell, du Cabrel, du Cocciante. (universalmusic.fr)

Par amour, il repart à Paris, chante, un peu, dans le métro. Quand il reprend “Hallelujah”, les gens donnent. Moins quand il s’attaque à son propre répertoire. (universalmusic.fr)

Elodie, sa copine de l’époque, l’inscrit à un tremplin musical. Il termine en finale. C’est là qu’il rencontre son futur manager. A l’époque, Antoine, enfant du rock, chante de la variété. Jean Christophe Bourgeois le signe alors chez Sony Publishing. « À l’époque, j’avais l’impression que je voulais faire un album qui rende fier mon père… Le genre de disque qu’il pourrait écouter en se disant : “Ah, mon fils est un génie !”, j’étais sur une forme d’autocensure quelque part. Ce n’est pas ce que je voulais faire, du tout. Cet album, je ne l’aurais pas acheté (rires). » Cet album ne verra heureusement jamais le jour. (universalmusic.fr)

« J’avais besoin de composer la musique qui plaisait à mon père. Aujourd’hui ce que je fais ne lui plaît pas trop. » (Le Parisien, 2018)

Il découvre le rap et plonge dans l’écriture fracassante d’Oxmo Puccino, Booba ou SCH. « Il y avait une liberté absolue. Ça a changé mes pulsions. Soudain, les chansons sortaient d’une traite comme des émotions instantanées. » (Le Parisien, 2018)

En 2016, il balance une reprise de “Fusil” de SCH à la guitare. Sur la toile, ça s’affole. (universalmusic.fr)

Elodie n’est plus là. Il galère. Son cœur saigne. L’amour est facétieux et frappe de nouveau à sa porte. Un soir, il se saisit de sa guitare et s’y met. Et ça sort, tout seul : « Là, j’ai vraiment l’impression de m’être découvert. C’était moi, c’était ce que je voulais faire ! » La chanson s’appelle « Je Réponds Pas ». (universalmusic.fr)

En 2017, il signe chez Polydor. (universalmusic.fr)

PERSONNEL

Ecorché vif

Quand on lui avoue qu’à la première écoute ce son EP, c’est sa violence qui a interpellé l’oreille, il dit : « Cool. » Avant de sourire timidement, comme un enfant heureux qu’on l’ait enfin compris. « J’ai passé beaucoup de temps à être gentil. Et ça a permis à plein de gens de ne pas l’être. Gosse, j’étais assez incompris. Quand je repense au moi gamin, j’ai envie de remonter le temps et de le prendre dans mes bras et de lui dire que tout va bien en fait. » (universalmusic.fr)

« Quand j’étais ado, je me brûlais avec des cigarettes. Mon corps me disait d’arrêter et mon esprit d’aller jusqu’au bout. Je suis quelqu’un d’excessif avec les gens, l’amour, l’alcool. Je suis attiré par les extrêmes. » (Le Parisien, 2018)

Retrouvez Antoine Elie :