Ses grandes dates

3 décembre 1995 : Naissance à Uccle (Belgique).

2014 : Parallèlement à ses études de jazz, elle accompagne son père, le chanteur Marka, en tant que claviériste.

2015 : Elle commence à poster des bouts de chansons sur Instagram.

2017 : Elle interprète « J’ai vu » en duo avec Roméo Elvis et sort son premier single « La Loi de Murphy ».

2018 : Elle publie son deuxième single « Je veux tes yeux ».

Actualité

Son premier album « Brol » est sorti le 5 octobre.

« Brol » est un terme argotique belge qui lui tient particulièrement à cœur. « J'avais simplement envie de mettre un mot belge dans mon album, d'autant qu'il m'a toujours fait rire. Le brol c’est le bordel, le désordre mais optimiste et léger, ce n'est pas du tout péjoratif. Ce mot me rappelle mon enfance, mon pays parce que j'y suis de moins en moins. Je le trouve du coup très rassurant.» (DP, 2018)

Certains textes mélangent l’anglais et le français. « Il a trois ou quatre ans, quand le français n’était pas hype du tout, et que tous les groupes indé chantaient en anglais, je me rappelle que j’écoutais France Gall ou Françoise Hardy. Je me demandais pourquoi on ne faisait pas plus des chansons naïves mais super belles comme ça. Aujourd’hui, ça y est, c’est décomplexé, et le rap a pas mal aidé je pense. Ca a déroulé un tapis rouge pour la pop, j’ai foncé car j’avais envie de ça depuis longtemps. » (tsugi.fr)

« Avant j'écrivais tout le temps en anglais. Le français demande d'être plus précis, plus sincère et plus spontané. Je n'étais pas encore prête de raconter des vraies histoires en chanson. C'est venu petit à petit. Pour "La loi de Murphy", j'étais dans un entre-deux. Je ne savais pas encore bien ce que je voulais. Donc j'ai décidé de garder les deux, sans vraiment réfléchir. J'ai écrit plus de chansons en français pour la suite.» (7sur7.be)

« Avec l’anglais, on peut souvent synthétiser, rassembler des idées en une phrase forte qui ne sonnerait pas forcément bien en français. » (tsugi.fr)

« Je suis très fleur bleue, ex-fan d’Hélène Ségara. Je suis sentimentale et je parle de ma vie dans mes chansons. Il y a une chanson qui parle de l’amour après une dispute, ou le lendemain d’une séparation, avec le vide que ça implique. Et puis il y a ‘’La Jalousie’’, qui parle aussi d’ego, du moment où tout va bien dans ton couple mais où tu te retrouves quand même à t’inventer des histoires – genre ‘’putain, c’est qui cette fille, elle est trop belle…’’. ‘’Je veux t’aider’’ ça parle d’amour chouette par contre, d’une rencontre sur les réseaux sociaux, de drague et de fantasme. » (tsugi.fr)

« Je veux tes yeux » évoque un besoin d’attention… « On vit dans une époque où l’on s’épie mais où l’on ne se regarde plus vraiment… J’en parle beaucoup dans l’album car bien que ça puisse paraître léger comme thème, je trouve que ça rend compte du drame que l’on vit tous… Paraître heureux, on le voit sur les réseaux sociaux, est devenu plus important que d’être profondément bien dans sa peau et dans sa vie. C’est très inquiétant et pourtant, j’ai conscience d’en être complètement victime aussi ! » (le-mensuel.com)

« "La Thune" c'est plutôt pour parler de l'apparence et du bling-bling sur les réseaux sociaux. Le lien avec l'argent c'est qu'aujourd'hui c'est devenu plus important de donner l'impression d'avoir beaucoup d'argent plutôt que d'en avoir vraiment. Mais ça marche aussi avec le fait de vouloir donner l'impression d'être heureux sans l'être vraiment. Je voulais également parler du fait que l'on a toujours peur de rater quelque chose si on ne le filme pas. » (villaschweppes.fr)

Sur « Balance ton Quoi », elle vide son sac en susurrant aux sexistes qui n'en finissent pas de salir la gente féminine « d'aller se faire en...» sur une prod pop acidulée. (DP, 2018)

« Pour être très vaste, on peut dire que je fais de la pop. Mais je crois que dans les différents éléments musicaux qu’on retrouve dans ma musique, il y a toujours le piano-voix, et puis les percussions, la boite à rythme, les samples, mais il n’y a pas vraiment de vrais instruments. Là où je mets les vrais instruments, c’est dans les sons que j’utilise, j’utilise des sons de bois, des sons de vrais clap, mais ce n’est pas quelqu’un qui va les jouer. » (trends.fr)

Dans Taratata le 16 novembre : « La Thune » & « Only you » avec Yael Naim (avec aussi Muse, Gaetan Roussel, Hyphen Hyphen et Adam Naas)

En tournée à partir de novembre : 23/11 au Trianon (complet), 8/12 à Alençon, 12/12 à Grenoble, 15/12 à Marseille, 24/01 à Strasbourg, 01/02 à Rouen... et le 13/03 à l’Olympia.

Retrouvez Angèle :