Ses grandes dates

1er janvier 1953 : Naissance à Dimbrokro en Côte d'Ivoire.

1977 : Il découvrir le reggae lors d'un concert des Jamaïcains de Burning Spear.

1983 : Il sort son premier album « Jah Glory » avec le titre phare « Brigadier Sabari ».

1984 : Il sort l'album « Cocody Rock », enregistré à Kingston avec les Wailers.

1986 : Il sort "Jérusalem", album enregistré en Jamaïque en compagnie une nouvelle fois des Wailers.

1987 : Il sort l’album « Révolution » avec le titre « Sweet Fanta Diallo ».

2002 : Il sort l’album "Merci" qui marque ses 20 ans de carrière.

2011 : Il sort l’album « Vision » sur lequel il reprend « Stewball » de Hugues Aufray.

2015 : Il sort l’album "Positive Energy" auquel Jacob Desvarieux de Kassav' a participé.

Actualité

Le 31 août, il a sorti son nouvel album « Human Race ».

« Le titre de l’album ‘’Human Race’’ est un hommage à la grande famille de la race humaine. Nous passons trop de temps à parler du milliard de salauds qui nous pourrissent la vie plutôt que de nous concentrer sur la majorité des six milliards qui nous donnent du bonheur et de l'amour. »

La chanson « Political Brouhaha » dénonce les politiques et les promesses électorales non tenues. « Ils vous empêchent vous et moi de penser. Ils nous gavent de promesses qu’ils ne tiendront jamais comme s’ils avaient juste envie de faire carrière. Je pense que les politiciens ont le mauvais rôle. Le peuple attend des miracles de leur part, mais ces promesses n’engagent que ceux qui y croient. Hélas, il ne me semble pas y avoir de solution ! »

« Nos hôpitaux » décrit une situation catastrophique, celle de l’équipement médical d’un continent. « C’est un cauchemar et en même temps un réveil de conscience. Il faut que les politiciens africains qui veulent le bien et le bonheur du peuple pensent déjà à leur santé. Nos hôpitaux sont autant des mouroirs que des abattoirs. Il y a énormément de travail et c’est vraiment l’un des points essentiels qui concourra à la bonne marche de l’Afrique. Il y a de l’argent, s’ils voulaient ils pourraient y remédier. »

Ce n’est pas la première fois qu’il dénonce. Au début des années 80, le pays était encore régi par un parti unique, celui de Félix Houphouet-Boigny, président de 1960 à 1993. Il n’y avait alors pas de multipartisme, et sa musique était comme un relais pour l’opposition. Sa chanson « Brigadier Sabari » qui dénonçait les violences policières est même devenu un hymne.

Mais au-delà de tout ce brouhaha et de toutes ces promesses, il existe une langue universelle, celle de la foi, abordée ici dans la chanson « Les Païens » : « Ma mère est musulmane, mon père chrétien mais il n’y a qu’un Dieu. C’est écrit dans le Coran : ne laissez personne vous diviser. Il s’adresse aussi bien aux juifs, aux chrétiens qu’aux musulmans. Et aujourd’hui on assiste à quoi ? A une division. Je tenais à revenir à ce Dieu unique. On doit se conformer aux prescriptions de ce Dieu qui nous unit. C’est un Dieu d’amour et non pas un Dieu de division. La seule chose vraie aujourd’hui c’est l’amour de Dieu... »

Il interprète 3 duos : « Oté-Fé » avec Youssou N’Dour en wolof, « Alphaman Redemption » avec Angélique Kidjo en mina et « Kanou » avec Fally Iupa en lingala.

Sur ce disque, il reprend « Whole lotta love » de Led Zeppelin. « Nous avons tous quelque chose de Woodstock et pour nous cette chanson célèbre du groupe Led Zeppelin, c’était un challenge de la faire en reggae. C’est un clin d’oeil à tous nous fans. On voulait leur faire ce cadeau. »

Grand admirateur de Serge Gainsbourg, il reprend « Je suis venu te dire que je m’en vais ». Un hommage au chanteur français qui n’avait pas hésité en son temps à s’essayer au reggae. « La reprise que j’ai faite de lui en reggae, c’était une sorte de clin d’oeil pour lui dire merci parce qu’il a fait du reggae et du bon reggae. Le coup de pouce qu’il a donné à cette musique méritait cet hommage et j’ai voulu reprendre cette jolie chanson, un peu triste mais qui exprimait une histoire d’amour. Ce côté triste, on a essayé de l’égayer en faisant la musique qu’il aimait. »

« J’ai eu la chance de rencontrer Serge Gainsbourg au Printemps de Bourges en 1987, je me souviens de discussions enflammées sur le reggae... »

Il débutera une tournée mondiale, en commençant par Paris, le 16 novembre au Bataclan.

Retrouvez Alpha Blondy :