Ses grandes dates

1979 : Naissance en Californie.

1995 : Il rencontre DJ Exile avec qui il forme le groupe de rap, Emanon.

2006 : Il sort son premier album solo « Shine Through ».

2010 : Il sort l’album « Good Things ».

2013 : Son titre “Wake me up”, enregistré avec Avicii, rencontre un immense succès à l’international.

2014 : Il sort l’album “Lift your spirit”.

2019 : Il chante sur le titre « SOS » qui figure sur l’album posthume d’Aviici intitulé « Tim ».

Actualité

Aloe Blacc revient avec son single « I Do », inspiré par son mariage avec l’artiste Maya Jupiter. «La chance nous a réuni malgré le fait de vivre à l’autre bout du monde avec un vaste océan qui nous sépare . I Do est la parfaite représentation du profond amour que nous partageons. Je voulais créer une musique pour Maya qui était à la fois personnelle et universelle ». (rfm.fr)

Prochain album à paraître en octobre.

BIOGRAPHIE

1979

Aloe Blacc, de son vrai nom Eghert Nathaniel Dawkins, est né en 1979 en Californie de parents panaméens. (abcbluesandsoul.com)

1984

« En 1984, j'ai commencé à faire du break dans mon quartier et depuis je suis toujours resté dans le hip-hop. Quand j'ai eu 7 ou 8 ans, j'ai arrêté de danser pour me mettre au rap et depuis ce jour je n'ai pas arrêté d'écrire. » (hiphopcore.net)

1995

Il rencontre DJ Exile avec qui il forme le groupe de rap, Emanon. « Exile et moi venons tous les deux de Orange County entre Los Angeles et San Diego. Quand on s’est rencontré, Exile était un graffeur et on avait des potes en commun qui étaient graffeurs aussi. Perso j'ai jamais été graffeur, je danse beaucoup, je chante et je me suis concentré sur la rap. Mes potes me l'ont présenté parce qu'Exile sortait une mix-tape et qu'il avait besoin d'un mc. » (90bpm.net, 2002)

« Le rap a toujours été présent dans ma vie, c’est la musique avec laquelle j’ai grandi et qu’on écoutait avec mes potes. Etre un B-Boy, c’était normal pour moi. Avec mes potes, on dansait, on écrivait des rimes, et avec Exile on passait notre temps à faire des beats. Tout ça c’est venu presque comme une évidence. » (abcdrduson.com, 2007)

« Le nom Emanon vient d'un morceau que j'ai fait il y a longtemps. J'ai grandi en jouant de la trompette, j'adore Dizzy Gillepsie, le fameux trompettiste, et il avait fait un morceau un jour et ne trouvant pas de nom il l'avait appelé ''Emanon'' qui est ''No name'' à l'envers. Et un jour, je n'avais pas de titre pour un morceau donc je l'ai également appelé ''Emanon''. Exile a écouté le morceau et quand je lui ai dit le nom du morceau il l'a trouvé bon et m'a dit qu'on devrait le prendre comme nom du groupe. » (90bpm.net, 2002)

1997

Ils sortent le maxi « P.S.I » suivi d’un EP intitulé « Acid 9 ». (90bpm.net, 2002)

2001

Après avoir obtenu deux maîtrises en psycholinguistique et en communication, il exerce le métier de commercial pour les Hôpitaux américains. (liberation.fr, 2010)

Emanon sort « Imaginary Friends », un album autoproduit. (speakerb0x.blogspot.com)

2002

Emanon sort un EP intitulé « Anon & On ». (abcdrduson.com)

2004

Aloe Blacc rencontre le rappeur Oh No. Une amitié s’installe rapidement entre les deux musiciens, qui collaborent alors sur de nombreux projets artistiques. (abcbluesandsoul.com)

« J’ai fait la connaissance d’Oh No et ensuite j’ai rencontré Medaphoar, Wildchild, DJ Romes lors d’une tournée en Europe (La tournée en question est une tournée du groupe Lootpack (Madlib, Wildchild, DJ Romes). Je les ai suivis sur cette tournée. On est passé par l’Allemagne, la France, la Belgique, la Pologne et la Suisse. Après, on est rentré aux Etats-Unis et j’ai commencé à faire des morceaux avec Oh No.» (abcdrduson.com)

Il rappe sur le titre « Getaway » qui figure sur l’album « The Disrupt » de Oh No. (justlikehiphop.com)

2005

Emanon sort son premier album « The Waiting Room ». (abcbluesandsoul.com)

2006

Aloe Blacc sort son premier album solo « Shine Through » sur le label indépendant hip-hop, Stones Throw Records. (abcbluesandsoul.com)

Alternant chant et rap, anglais et espagnol, il joue des variations multiples de sa voix qui s’emboîte avec une facilité incroyable dans chaque beat et chaque mélodie. Des titres résolument électro et électriques (« Whole World », « Are You Ready ») côtoient les sonorités latines de la samba et de la bossa-nova, mêlées de façon très déroutante au digital (« Bailar », « Dance For Life », « Patria Mia »). Dans cet album, Aloe Blacc emprunte également les chemins plus arpentés de la soul et du hip-hop pour en tirer des productions originales, comme « Arrive » et « Want Me ». (mowno.com)

Le morceau « Caged Birdsong », entièrement rappé, est inspiré du poème de l’Afro-américaine Maya Angelou « Know Why The Caged Bird Sings ». (mowno.com)

Sa chanson « Long Time Coming » est une reprise de « Change Is Gonna Come » de Sam Cooke. (mowno.com)

2008

Il s'associe avec le multi-instrumentiste DJ Day pour sortir l'EP « How do you do » sous le nom Daily Bread sur le label Subcontact. (discogs.com)

2009

Il participe en tant que MC à l’album « Dialmentia » du groupe Tim Davies Big Band. (origin-records.com)

Il chante sur le titre « Mountain Top » sur l’album « Velvet Ballads » du Cradle Orchestra (groupe japonais composé de 2 DJ et de musiciens). (juslisen.com)

Avec le Cradle Orchestra, il forme le collectif Bee qui sort l’album « Open your mind ». (speakerb0x.blogspot.com)

2010

Il sort l’album « Good Things » sur lequel figure « I Need A Dollar » qui sert de générique à la série « How to make it in America », diffusée sur HBO. « L’inspiration est venue lorsque j’avais perdu mon travail et que j’écoutais de vieux morceaux de prisonniers contraints aux travaux forcés. Ainsi j’ai écrit ma propre chanson. Il est question des combats de la vie, de ce qui compte et de l’aide dont nous avons besoin. » (sakifo.com)

« C’est dur de réussir en Amérique. Sans connexion pour passer au niveau supérieur, quelque soit ton activité, c’est extrêmement difficile d’avoir l’exposition et l’expérience dont tu as besoin pour aller de l’avant. J’ai été assez chanceux pour être diplômé d’une université prestigieuse et connaître le monde de l’entreprise américaine, mais je vois comment les autres galèrent sans les bonnes opportunités. Je pense que les Etats-Unis ont besoin d’un changement culturel significatif afin d’être plus concernés par leurs propres citoyens et pourvoir à leurs besoins. Une meilleure distribution des richesses afin que personne ne soit illettré ou affamé sans sécurité sociale. » (Clark, 2010)

Avec son piano hypnotique et ses arrangements à la sobriété remarquable, la mélodie en escalier de « I Need A Dollar » rappelle « The Bottle » de Gil Scott-Heron sans que l’on puisse hurler au plagiat. Aloe Blacc plaide non coupable : « La référence à ‘’The Bottle’’ est fortuite, même si j’apprécie au final qu’on me compare à l’un de mes héros, l’un des plus grands chanteurs soul/folk de tous les temps. En fait, dans la chanson, je parle d’un ami très proche, et, malheureusement, l’abus d’alcool n’est pas l’apanage du seul Mr. Heron ! » (lesinrocks.com, 2010)

« ‘’Good Things’’ se concentre sur la soul, un genre que j’abordais sur le précédent album mais que j’ai voulu cette fois explorer en profondeur. J’ai beaucoup écouté de soul music, notamment pour m’entraîner à chanter. J’ai étudié les classiques de la soul en les chantant au piano, une discipline dure mais formatrice. L’un de mes chanteurs préférés reste Donny Hathaway, sa voix est d’une subtilité incroyable et demeure indépassée pour moi. » (lesinrocks.com, 2010)

Sur cet album, il reprend la chanson « Femme Fatale » du Velvet Underground ainsi que le thème de « It’s a man’s world » de James Brown sur le titre « If I ». « C’est un moyen de montrer que je me sens redevable, mais c’est surtout une suggestion. La chanson ‘’If I’’ était déjà complète sans cette référence à James Brown. L’objectif est juste de rappeler que le style a été révolutionné et sublimé par d’autres… Ceux qui le savent l’entendront et s’en rappelleront. Les autres le découvriront peut-être un jour. C’est une façon d’entretenir un pont entre le passé et le présent. » (Rap Mag, 2010)

Dans la chanson « Politician », il reprend la citation de Gil Scott Heron « Revolution will not be televised ». « Ici, il est plus question d’idées que de musique. J’ai été inspiré par la lutte pour les droits civiques dans les années 60. Mais aujourd’hui il ne s’agit plus de lutte des races ou de religions. C’est une lutte des classes ! L’objectif étant que les plus pauvres aient accès à un minimum d’éducation, de nourriture, de santé et de logement. Ce n’est pourtant pas un combat compliqué… Il suffit que les gouvernements s’y mettent vraiment. » (Rap Mag, 2010)

2013

Son titre “Wake me up”, enregistré avec Avicii, rencontre un immense succès à l’international. « La beauté de Wake Me Up, c'est qu'au départ, c'est simplement un morceau avec une voix et une guitare, et on savait qu'on tenait quelque chose de bon. À partir de là, on pouvait la produire dans différents styles, la mener où on voulait. Et c'est ce qu'Avicii a fait, il en a fait un très bon remix. » (brain-magazine.fr, 2014)

« ‘’Wake me up’’ représente l’espoir pour le futur et en même temps la nostalgie des bons souvenirs du passé. Quand je l’ai écrite, je ressentais un message puissant et positif. Je suis heureux d’avoir eu l’opportunité de travailler avec Avicii et de porter ce message à travers le monde. Son instinct sur comment produire ce morceau a fait la différence pour faire de ce son un énorme succès. Je suis profondément triste qu’il ne soit plus avec nous, mais je continuerai à chanter cette chanson en l’honneur de sa passion pour la musique. » (sakifo.com)

2014

Il sort l’album « Lift your spirit”, un mélange de folk, de rock et de country. « Sur ‘’Good Things’’, je rendais hommage à la musique de Curtis Mayfield, James Brown et Al Green mais pour cet album, je voulais aller dans une autre direction et créer un son nouveau et actuel. Après avoir travaillé sur tant de styles de musiques différents ces dernières années, j’ai trouvé ma place entre la folk et la soul et c’est parfaitement fidèle à ce que je suis.» (universalmusic.fr)

« Avec mes textes, j’essaie de raconter l’histoire des opprimés et de tous ces obstacles qu’ils doivent surmonter. Dans mes chansons, je parle de toutes les difficultés auxquelles tous les individus doivent faire face quotidiennement, mais aussi de leurs espoirs et leurs aspirations. Le but c’est de faire réfléchir à tout ça et en même temps inviter tout le monde à chanter et se sentir bien et profiter du moment présent. » (universalmusic.fr)

Pharrell Williams a produit la chanson « Love is the answer ». « Pharrell voulait travailler avec moi sur cet album. Je l’ai rencontré en lui disant que mon but était de faire de la musique positive. A ce moment-là, il venait juste de terminer ‘’Happy’’. Nos chansons envoient des messages positifs. » (davibemag.com)

Il incarne un guitariste dans le biopic consacré à James Brown « Get on up », réalisé par Tate Taylor. « J'aimerais bien jouer plus, mais c'est un métier et ça s'apprend. Et il me faudra du temps pour apprendre l'art dramatique. Jusque-là, j'ai toujours accordé beaucoup de temps à la musique, mais maintenant, j'ai envie d'appréhender d'autres manières de raconter des histoires, en tant qu'acteur et plus seulement en tant que chanteur. » (brain-magazine.fr, 2014)

2018

Il est à l’affiche du documentaire « America’s Musical Journey ». « C’est un film à propos des racines de la musique américaine. J’ai entrepris un voyage à travers les États-Unis afin de découvrir les origines des différents genres musicaux qui existent dans les régions du pays, comme le jazz à la Nouvelle Orléans ou le hip-hop à New York. L’Amérique a été à l’origine de la naissance de plusieurs genres musicaux importants qui ont eu un impact significatif dans le monde. J’ai eu l’opportunité de traverser chaque ville et de rencontrer des artistes incroyables, de véritables légendes telles que Gloria Estefan, Ramsey Lewis, and Dr. John. » (sakifo.com, 2018)

2019

Il chante sur titre « SOS » qui figure sur l’album posthume d’Aviici intitulé « Tim ». « SOS était probablement la chanson la plus en avance sur son temps quand Avicii l'a écrite. Il a évidemment écrit ces paroles pour évoquer ses combats, et je pense que c'est un sujet très important à partager, donner aux gens le pouvoir de dire "J'ai besoin d'aide" ». (chartsinfrance.net, 2019)

Il enregistre le morceau « Truth never lies » avec le DJ belge Lost Frequencies. «Lost Frequencies est un producteur incroyable et il a créé un paysage sonore épique pour ma voix et mes paroles.» (nrj.fr)

Il interprète « Never Growing Up » avec Mathieu Koss et “Out of love” avec Féfé et Leeroy

Retrouvez Aloe Blacc :